top of page
Sophia Fassi
Sophia Fassi, Baptiste au canapé, 2022, ©Bertrand Michau, Courtesy Galerie Berthet-Aittouares
Sophia Fassi, La résistante, 2021, ©Bertrand Michau, Courtesy Galerie Berthet-Aittouares
Sergei, 2022 Huile sur toile,100 x 100 cm ©Bertrand Michau, ADAGP. courtesy Galerie Berthet-Aittouarès

SOPHIA FASSI

 

du 22 février au 30 mars 2024

Au 14 rue de Seine
75006 PARIS

Nous avons découvert le travail de Sophia Fassi à sa sortie de l’École des beaux-arts de Paris en 2020 (ateliers de Dominique Gauthier, François Boisrond et James Bloedé qui l’a initiée à la pratique du dessin).

C’est au cours de ses études que cette jeune artiste aux origines franco-marocaines découvre sa passion pour l’histoire de l’art enseignée par François-René Martin. Le Louvre, devient alors sa seconde école et elle se livre avec bonheur à la copie des Anciens, comme Titien et Poussin. Sur certaines de ses œuvres, l’on retrouve l’influence des maîtres romantiques comme Delacroix mais aussi les héritiers du réalisme à l’instar de Courbet et Manet, eux-mêmes admiratifs des maîtres espagnols du Siècle d’or. Son portrait de Monika. Rue de Suffren est en cela un hommage au Torrero de Manet qui sublime la mort avec l’emploi du noir et de couleurs froides.

Par une grande maîtrise de la peinture à l’huile et de ses dons de coloriste, Sophia Fassi construit ses compositions à partir d’un solide dessin dans l’héritage de la grande peinture avec des sujets qu’elle transpose dans une lecture humaniste et contemporaine.

La figure humaine et le portrait sont au centre de ses recherches picturales qui magnifient la densité de la matière par un travail de la touche personnelle pour un rendu sensuel et réaliste.

We discovered Sophia Fassi's work when she graduated from the École des Beaux-Arts in Paris in 2020 (in the studio of Dominique Gauthier, François Boisrond and James Bloedé, who introduced her to drawing).

 

It was during her studies that the young Franco-Moroccan artist discovered her passion for art history, taught by François-René Martin. The Louvre became her second school, and she happily devoted herself to copying the Ancients, such as Titien and Poussin. Some of her works show the influence of Romantic masters such as Delacroix, but also the heirs of Realism like Courbet and Manet, who themselves admired the Spanish masters of the Golden Age. His portrait of Monika. Rue de Suffren is a tribute to Manet's Torrero, who sublimates death through the use of black and cold colours.

 

With her mastery of oil painting and her talent as a colourist, Sophia Fassi builds her compositions from a solid drawing in the heritage of great painting, with subjects that she transposes into a humanist and contemporary interpretation.

 

The human figure and the portrait are at the centre of her pictorial research, which magnifies the density of the material through her personal brushstrokes for a sensual, realistic rendering.

Les footballeurs - 2021 ©Bertrand Michau, ADAGP. courtesy Galerie Berthet-Aittouarès
Sophia Fassi, Les footballeurs, 2021, ©Bertrand Michau, Courtesy Galerie Berthet-Aittouares
Sophia Fassi, Les footballeurs, 2021, ©Bertrand Michau, Courtesy Galerie Berthet-Aittouares
Sophia Fassi, Les footballeurs, 2021, ©Bertrand Michau, Courtesy Galerie Berthet-Aittouares
Sophia Fassi, Monika. Avenue de Suffren
bottom of page