top of page
Daniel Pontoreau Griffures 2020 Courtesy galerie berthet aittouares.jpg
Daniel Pontoreau, Pierre en suspens, 2020, terre cuite, feldspath, 115 x 85 x 35 cm ©Danie
Daniel Pontoreau, Pierre scarifiée et Pierre étoilée, 45 x 55 x 50 cm chacune, ©Illés Sark
Daniel Pontoreau, Griffure noire, 2020, grès et engobe, 24 x 30 x 5 cm.jpeg
Daniel Pontoreau, 2014, technique mixte, 35 x 40 x 3 cm_ galerie berthet aittouares.jpg
Daniel Pontoreau, Paysage horizon, 2017, terre réfractaire, porcelaine, 25 x 40 x 20 cm, © galerie berthet aittouares

DANIEL PONTOREAU

du 24 mai au 29 juin 2024
Vernissage samedi 25 mai à partir de 11h

Ouverture exceptionnelle dimanche 26 mai de 14h à 18h

Rencontre de Marie-Hélène Lafon avec Daniel Pontoreau mardi 4 juin à partir de 19h

Après son exposition personnelle en 2023 au musée de la céramique en Belgique - Keramis-, la galerie Berthet-Aittouarès présente Daniel Pontoreau avec 20 sculptures : œuvres murales et oeuvres dans l’espace, réalisées entre 2002 et 2023.

Carte blanche à Marie-Hélène Lafon :

Marie-Hélène Lafon présente Daniel Pontoreau : lorsqu’une romancière dialogue avec un sculpteur.

 

« Daniel Pontoreau empoigne la matière terre comme j'empoigne la matière langue. A plein corps. Il s'agirait de donner forme au chaos du monde. Sans emphase. Ce serait tellurique et très nu. »

Marie-Helène Lafon raconte des destinées marquées par l’attachement à la terre et le lien à un pays premier que l'on quitte pour aller inventer sa vie ailleurs.

La terre : sujet de réflexion et de création réunit l’écrivaine et le sculpteur-céramiste.

Si cette écrivaine et ce sculpteur entrent en dialogue c’est aussi parce qu’ils se reconnaissent dans une sensibilité commune.

Le travail sur la langue conduit sans concession par Marie-Hélène Lafon donne corps à une écriture en relief.

Pontoreau, lui, modèle la terre au sol, la terre sur la Terre. Il la pétrit, la grave, la scarifie, afin d’y inscrire les marques d’un passage.

Enfin tous deux pratiquent un style sans sophistication, sans emphase, qui touche directement les sens.

C’est l’expression artistique qu’ils choisissent pour interroger le silence d’un « avant le paysage ».

 

Marie-Hélène Lafon a reçu de nombreux prix littéraires pour ses romans et a publié récemment un ouvrage sur Cézanne, Des toits rouges sur la mer bleue, aux Editions Flammarion.

bottom of page