Photo Saint-Germain-des-Près 2013

Passée – « Leur Afrique »

Philippe Bordas, Antoine Schneck, Alain Turpault nous livrent le portrait de leur Afrique et invitent deux sommités de la photographie africaine MALICK SIDIBE et ADAMA KOUYATE

Télécharger le Dossier de Presse

Pour ce troisième festival Photo Saint-Germain-des-Prés, Michèle et Odile Aittouarès ont réuni trois artistes contemporains qui, portés par le thème «visages et corps», livrent chacun un portrait personnel de «leur Afrique». Afrique, lieu de leur travail, source inépuisable d’inspiration, qui marque définitivement leur œuvre.

Philippe Bordas – L’Afrique à poings nus
Philippe Bordas a rencontré des boxeurs du Kenya. Pour ces hommes, il n’est pas question de sport. Il n’y a pas de vainqueur. Il n’y a pas de vaincu. Il s’agit du combat comme vertige, autodestruction, du combat contre soi, les corps électrisés par le fantôme de Mohamed Ali. Les photographies en noir et blanc, sont prises dans un seul et même lieu, clos. La lumière, qui pénètre des fenêtres, révèle toute la tension et la douleur de ses corps au combat.

Antoine Schneck – Les chercheurs d’or du Soudan
Antoine Schneck revenu récemment d’un voyage au Soudan nous livre ses derniers portraits d’orpailleurs, suivant toujours le même processus, puisque le modèle est seul, isolé de tout contexte. Semblables à des paysages traversés de sillons, ces visages criblés de ridules, intenses et tous singuliers, portent la trace d’une histoire, d’un parcours individuel difficile.

Alain Turpault – Les enfants de la lune
Alain Turpault vit entre la France et le Mali. Particulièrement impliqué dans la situation des enfants albinos de Bamako, il a réalisé une série de portraits en noir et blanc qui portent le stigmate physique de la couleur blanche. Il y donne à voir un miroir en négatif qui interroge la frontière comme lieu de différence. Otages de superstitions ancestrales, ces enfants sont menacés d’inacceptables infanticides. Leurs portraits, pudiques, réalisés en simple clair-obscur sont des témoignages importants.

Ces trois artistes français ont souhaité inviter deux représentants historiques de la photographie africaine : Adama Kouyaté (1928) et Malick Sidibé (1936).
Portraitistes exceptionnels, leur œuvre constitue de surcroit une source importante sur l’histoire du Mali.

Please reload

14-29, rue de Seine, 75006 Paris
contact@galerie-ba.com
+ 33 (0) 1 43 26 53 09

 ©Galerie Berthet-Aittouarès

  • ICONE psg